« La gourmandise ne fait pas grossir ! » 2


J’ai dévoré il y a quelques temps le livre d’Ariane Grumbach, La gourmandise ne fait pas grossir !. Et je me suis dit qu’il fallait que je vous présente cette diététicienne hors norme.

Je vous propose donc une interview inspirante qui redonnera de l’espoir à tous les gourmands!

Bonjour Ariane, peux-tu te présenter rapidement  aux lecteurs de NutriMiam?

Bonjour, je suis diététicienne-nutritionniste en libéral à Paris. Souvent, je me présente comme diététicienne gourmande car je veux casser l’image restrictive attachée au mot diététique. Et en plus, c’est vrai ! Je suis devenue diététicienne après 20 ans de travail en entreprise car j’adorais manger et j’avais envie de m’occuper des personnes pour leur faire retrouver ce plaisir de manger.

Et si tu étais un aliment ou un plat, ce serait lequel ?

Je ne peux pas choisir un aliment en particulier car ce que j’aime par-dessus tout c’est la variété. Alors, étant passionnée de Japon, je dirais une sorte de bento avec une multitude de mets différents joliment présentés et aux goûts diversifiés.

 

J’ai dévoré ton livre « La gourmandise ne fait pas grossir ». J’ai beaucoup aimé le format abécédaire : on peut le lire dans le désordre ou au gré de ses envies ! Qu’est ce qui t’a donné l’idée d’écrire sur ce sujet ?

Merci beaucoup pour ce retour, cela me fait vraiment plaisir ! J’ai lancé un blog dès le début de mon activité en 2008 à la fois pour me faire connaitre et pour mettre en valeur et expliquer mon approche anti-régime. Au bout de quelques années, je me suis dit qu’un livre serait un autre moyen de porter ces idées mais il m’a fallu du temps, et la demande d’un éditeur, pour passer à l’acte. L’idée de l’abécédaire vient du fait qu’on peut aborder l’alimentation sous une multitude de facettes, que c’est plus facile de piocher dans des textes courts et aussi et surtout que chaque personne est différente. Je n’avais donc pas envie d’imposer un parcours unique mais je préférais laisser le choix de piocher selon ses intérêts.

Selon toi, d’où vient cette idée que la gourmandise fait grossir ? N’est-ce pas plutôt la culpabilité qui peut influencer notre poids ? Qu’en penses-tu ?

Les gens confondent souvent gourmandise et excès, gourmandise et goinfrerie. Très souvent on me dit : «je me suis resservi par gourmandise ». Or, j’explique que la gourmandise, c’est d’avoir du plaisir en mangeant et que ce plaisir est plus important dans les premières bouchées, surtout si on a une bonne faim. Donc, Par ailleurs, en effet, si on a une relation émotionnelle à la nourriture et qu’on a trop mangé ou mangé un aliment qu’on s’interdit, on culpabilise et on mange encore plus pour se réconforter, d’où une sorte de cercle vicieux qui fait grossir.

Y a-t-il un moment où on devrait s’inquiéter de sa gourmandise?

Je le répète, si la gourmandise, c’est aimer manger des bonnes choses et prendre le temps de les apprécier, il n’y a aucune raison de s’en inquiéter, au contraire ! S’il s’agit d‘excès, il faut les comprendre et se reconnecter à ses vrais besoins. S’il s’agit d’une place excessive des douceurs, c’est souvent lié à une relation de réconfort avec la nourriture et on peut détricoter cette relation peu à peu.

Ta façon d’aborder l’alimentation est quand même différente de ce qu’on apprend en BTS diététique (comptage de calories, rations alimentaires, liste d’aliments autorisés et interdits…). Qu’est-ce qui t’a poussé à te détacher de ce qu’on apprend à l’école ? Penses-tu que la formation de diététicien telle qu’elle existe est adaptée à la pratique en libéral par exemple ?

En effet, ce qu’on apprend en BTS n’a rien à voir avec ma pratique ! Je le savais avant de commencer mais le BTS était une étape obligée pour devenir diététicienne. En parallèle, j’avais entendu parler du GROS (Groupe de Réflexion sur l’Obésité et le Surpoids) qui propose une approche bio-psycho-sensorielle de la nourriture. Je me suis formée avec eux juste après le BTS et donc je n’ai jamais pratiqué de façon classique. Le BTS me parait inadapté dans le sens où il n’y a pas de composante psychologique, pourtant essentielle. Par ailleurs, le comptage de calories et les rations, on ne peut pas faire ça toute sa vie ! C’est une façon de manger avec la tête et donc en déconnexion avec les signaux corporels de faim et de satiété. J’aide les personnes à retrouver cette façon intuitive de manger en faisant confiance à leur corps.

Instant « confessions d’une diet ». On dit « les cordonniers sont les plus chaussés ». Est-ce qu’il y a quelque chose que tu conseilles à tes patients mais que tu ne fais pas toi-même ?

Ah ah, j’avais fait un billet de blog pour expliquer que je n’étais pas une mangeuse parfaite ! Et c’est ce que je transmets à mes patients : l’alimentation parfaite n’existe pas, c’est normal de parfois trop manger ou d’aller au fast-food de temps en temps si on aime ça : rien n’est grave si c’est occasionnel. Ou on peut faire un repas sans légume, on ne va pas en mourir ! Donc, comme je ne leur interdis rien, je ne fais rien d’interdit !

Quel est ton « péché mignon » au niveau alimentation ?

Comme je le disais, j’aime la variété donc il m’est difficile de répondre. Mais par exemple, j’adore une tartine de très bon pain avec du beurre.

Un dernier conseil à donner à mes lecteurs ?

Ne vous interdisez pas d’aliment (à moins de ne pas le supporter) : plus on s’interdit quelque chose, plus on en a envie ! Mangez de tout, faites-vous plaisir et prenez le temps de savourer.

Merci Ariane D’avoir pris le temps de répondre à ces quelques questions!

 

>> J’espère que cet interview vous a plu et vous donnera envie de découvrir le livre La gourmandise ne fait pas grossir !. Vous pouvez également retrouver Ariane Grumbach sur son blog : L’art de manger. Je vous invite vivement à aller y jeter un oeil!

Et si vous avez lu le livre, n’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé en commentaire!


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

2 commentaires sur “« La gourmandise ne fait pas grossir ! »

  • Manon

    Super interview et un point de vue très intéressant sur l’alimentation, le plaisir et les excès… J’aime beaucoup cette approche et je me retrouve bien dedans.
    Merci pour ce partage Safia !

    • Safia Auteur du billet

      Merci pour ton commentaire Manon. Si l’interview t’a plu, je t’invite à découvrir le livre! A bientôt pour de nouvelles aventures gourmandes mais sans culpabilité! 😉